Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Archives > Année scolaire 2017-2018 archives > Syndicat ID-FO : "les chefs d’établissements scolaires doivent faire du (...)

Syndicat ID-FO : "les chefs d’établissements scolaires doivent faire du bricolage"

Le syndicat Indépendance et Direction - Force Ouvrière s’est réuni ce mercredi 18 avril 2018 en présence de chefs d’établissements scolaires et du secrétaire général ID-FO Philippe Donatien. Philippe Donatien, est venu entendre les problématiques auxquelles doivent faire face ses collègues réunionnais chefs d’établissements scolaires. Sa visite se fait en amont des élections syndicales qui auront lieu en fin d’année. Les chefs d’établissements scolaires ont profité de l’occasion pour évoquer les difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leurs fonctions. Des problématiques qui "s’accumulent" avec les récentes réformes.

Philippe Donatien, secrétaire général Indépendance et Direction FO est venu entendre les problématiques auxquelles doivent faire face ses collègues réunionnais chefs d’établissements scolaires. Il précise " je suis venu ici pour identifier les difficultés et le réussites pour dégager une politique nationale et amener une dynamique pour les personnels de direction d’établissements scolaires". Sa venue est aussi l’occasion de poser les jalons des élections nationales des représentants syndicaux prévues en décembre 2018. Il fait un constat " les personnels de direction sont toujours le fusible que l’on fait sauter quand il y a des difficultés ce qu’on ne dit pas c’est que les chefs d’établissements font un travail énorme et beaucoup disent rêver de pouvoir faire des semaine de 48 heures".
Philipe Donation évoque les principales difficultés rencontrées par les personnes de direction d’établissement tant sur le plan national que local.

  • Réformes et déconcentration : " on doit faire du bricolage "-

Valérie Yvergniaux, principale du collège de Beauséjour, secrétaire académique de ID-FO évoque " le personnel de direction doit faire face à une charge de travail qui s’accumule et en même temps s’accommoder d’un manque d’emploi aidés, des réformes qu’il faut appliquer ". Pour elle, les chefs d’établissement et les adjoints doivent " tout faire ", y compris gérer les " problématiques sociales " du corps enseignant qu’ils doivent accompagner et qui n’en peuvent plus des réformes. Elle conclut " on passe son temps à faire du bricolage ".

Pour eux, la principale cause de ces difficultés c’est " la déconcentration ".

"Le Ministère s’est déchargé de certaines responsabilités qui nous ont été transférées. Sauf que cela vient s’ajouter à la charge de travail que l’on a déjà, aux responsabilités que l’on a déjà et au manque de personnels dû à la baisse du nombre d’emplois aidés " précise un principal de collège présent.

Le tout numérique est aussi pointé du doigt. Les chefs d’établissement regrettent que leur hiérarchie " demande à ce que tout se fasse avec le numérique sauf que les établissements ne sont pas équipés ou les équipements ne fonctionnent pas. En plus, les personnels ne sont pas formés ". Au final, " ce sont les adjoints d’établissement qui doivent s’en charger ".
Les chefs d’établissement présents et le secrétaire général ID-FO soulignent les charges de travail qui " pèsent sur les épaules des chefs d’établissements, les responsabilités qui s’accumulent " pour au final " une faible reconnaissance ". Philipe Donatien évoque les difficultés que rencontre un chef d’établissement dans l’évolution de sa carrière.

Les réforme sont aussi décriées, notamment ParcourSup " tout est très flou avec ParcourSup, on saura si ça fonction quand on verra quelle est la politique des régions à ce sujet. On ne sait pas comment ça va fonctionner. Tout ça n’est pas adapté, notamment concernant les branches professionnelles ". Le secrétaire général déplore " on nous demande de donner aux élèves une égalité des chances avec des choses qui sont très incertaines et pas stabilisées ".

Quand on évoque la grève prévue pour le jeudi 19 avril, la principale de collège l’affirme " les chefs d’établissements sont responsables de la sécurité des biens et des personnes, ne nous pouvons pas faire grève ". La voie syndicale est " la seule voix que l’on peut faire entendre ".

www.ipreunion.com

Répondre à cet article | Article au format PDF

SPIP 3.1.6 [23598] | Squelette BeeSpip v.

Mis à jour le vendredi 29 mars 2019